Flandres à la craie

Expression urbaine avec les réfugiés du camp de l’avenue de Flandres début octobre.

On se rencontre et on rie ensemble mais la réalité est beaucoup moins marrante, une femmes enceinte en tongs nous dit s’être fait subtiliser ses chaussures et d’autres affaires par la police le matin même. Triste France où l’on apprend, tant bien que mal, à ne pas être étreint que de colère.

 

 

3

2

4

Leave a Reply

Your email address will not be published.